Le vide, le COME-BACK (2)

Suite de Le vide, le COME-BACK

 

Ce contenu a été publié dans Etats d'esprit, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

24 réponses à Le vide, le COME-BACK (2)

  1. Polina dit :

    T’as bien réussi ton coup parce que tu m’as fait un bien fou. Sans blague. Je me reconnais tellement dans ce que tu viens de dépeindre ! Quant aux gros mots, je ne vois pas le problème. Rien de tel qu’un bon juron pour expulser les mauvaises ondes que l’on garde en soi ! Et puis comme on dit « c’est mieux dehors que dedans » non ? 😉

    • Mélanie dit :

      Pour mes jurons : J’ai eu la remarque de la part de deux garçons. Les filles n’ont rien dit, je crois que les lectrices ça les derange moins. C’est vrai que c’est pas très élégant mais dans une bd comme celle-ci qui a pour but d’expier le mal… Ça fait du bien de jurer !

  2. Charline dit :

    C’est tellement ça, ça fait du bien de lire ta bd. J’ai souris, j’ai ris, c’est tellement drôle, j’adore le coup du cleb qui se barre

  3. Guillaume dit :

    Au top jolie larve ! Pendant que tu larves ton esprit papillonne et trouve de bonnes idées apparemment. En tous cas ça me parle bien, le vide fertile et créatif. Bon c’est sûr que ce n’est pas très productif dirait l’oncle sam, créateur du rêve américain ! En fait c’est drôle parce que les méditants se mettent dans l’immobilité pour créer le vide et arrêter de s’agiter et toi c’est un talent naturel que tu ne l’acceptes pas ! 😉

  4. Del dit :

    J’ai adoré particulièrement le corps mental et animal. Et en effet, ça me déculpabilise de larver ! Félicitations pour ton travail génie Mel.

  5. Laura dit :

    Et moi j’adore ! J’adore tes GROS MOTS ! j’adore les BD sur la larve, si seulement je pouvais être si créative quand je larve (bon si j’écris sur ce que je ressens : de la merde) !
    J’ai appris qu’on ne décide pas de qui on est. En fait, on est notre inconscient, notre intuition, ce qui se présente sur le moment, et il est absurde de lutter, puisque ce qui est, est.
    J’avais une copine qui ne culpabilisait jamais de ne rien faire pendant des semaines. Alors j’ai fait pareil. Et je passe des jours, mes soirées, mes week-ends à ne rien faire. Et j’en n’ai rien à foutre. Je suis comme ça. Je revendique même d’être HYPO-ACTIVE. Y a des gens qui sont hyper-actifs, y a des gens qui sont normaux, et y a moi : je suis HYPO-ACTIVE et ça ne me dérange pas (plus). Quand je fais rien moi je dors ; parce que c’est trop douloureux. Alors je préfère prendre un truc et dormir (sinon je bouffe et je pense : l’horreur). Et j’entretiens ma peau de bébé du coup (t’avais peur de vieillir ?). Mais c’est vrai que quand je suis inspirée, là je fais tout d’un coup. Je fais pleeein de trucs. Puis après plus rien. Pourquoi lutter contre ce qui est et contre quoi on ne peut rien faire ? C’est en suivant ses aspirations qu’on est vraiment authentique, et le mental nous trompe, lui il est fake, et il nous fait faire des trucs fake. En écoutant notre petite voix intérieure, on est vrai. Et si elle te dit de rester au lit, ben c’est pas génial de rester au lit ? Non c’est sûr moi aussi j’aimerais m’amuser comme les autres, aller au cinéma, faire des trucs normaux. Mais j’ai pas envie putain. Et pourquoi ce ne serait pas bien aussi de ne rien faire et de rester au lit à regarder le plafond ? Le code pénal de la vie, c’est le mental, ce sont des idées, et il n’y a pas plus fake que les idées. La seule vérité, la seule réalité, c’est toi, sur un lit. Ce pourrait être n’importe quoi : toi qui te reposes après un marathon, toi en pleine création de scénario, toi en pleine rêverie, toi en pleine rumination, toi dans le vide, mais tout ça ce n’est que plaquer une signification sur un fait tout simple : toi sur un lit.
    Continue à larver c’est un délice pour les autres larves !

  6. marie-raphaëlle Goumet dit :

    C’est tellement ça, je te lis en boucle, j’adoooooooore !!!
    et vive les gros mots …

  7. Marie dit :

    Ca me fait trop marrer ! J’adore tes illustrations, et puis ce texte… tellement bon de te lire (si c’est le terme?), tu transmets nos états d’âme superbadass avec tant de légèreté 🙂

  8. Anna dit :

    Génial de te lire, tes BD dédramatisent réellement ce que nous vivons… un immense bravo et…MERCI

  9. Lorette dit :

    Félicitations, tu as réussi à rendre l’atrocité de mon quotidien absolument hilarante ! C’est un coup de génie… Humour d’une grande finesse et des idées qui passent mieux qu’une lettre à la poste, qui font du bien à nous les détraquées et que, EN PLUS, les autres peuvent comprendre ! Bravo !!!

  10. Sottocasa dit :

    Tu as drôlement bien réussi ton coup, Mélanie !
    En pleine insomnie, en pleine crise de « Putain que je suis nulle, je n’ai rien fait alors que c’était siiiiiii simple de commencer un petit quelque chose dans les montagnes de choses obligatoires, urgentes, vitales, indispensables …. » et « Bordel de merde, je vais encore être super mal après, à la bourre, obligée de me coucher tard et me lever tôt, être naze, alors que là, j’ai le temps » et encore « Merde quoi, c’est simple non de sélectionner les priorités de ma « to do list » et d’avancer selon « la technique des petits pas », en plus ça nourrit l’estime de moi au lieu de nourrir le vide, l’angoisse, le sentiment d’illégitimité et …bla-bla-bla », donc au milieu d’une insomnie, ta BD qui me fait sourire, rire, prendre du recul, et retrouver le chemin de la bienveillance envers moi-même ! Quelle adorable larve, expressive, une large – génie !
    Mille mercis Mélanie et bravo pour ce bon moment de lecture et tout ce qu’il génère de positif. Continue à dessiner la richesse que tu as en toi, malgré ton sentiment de vide.

  11. Inconue dit :

    G tro aime la bd ce ke tu ecri aide tro a comprendre deculpabiliser et ne pa croir kon est les seul ac d problemes cm sa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *